Marcel LE ROY, le dernier déporté mayennais, a eu 100 ans

 

Marcel LE ROY est né le 26 octobre 1919 à Niort-la-Fontaine en Mayenne.

En 1940 et à tout juste 21 ans, Marcel LE ROY tente à plusieurs reprises de rejoindre l’Angleterre, sans succès. Il s’engage dans la Résistance en tant qu’opérateur-radio dans le réseau Johnny et devient membre de la France libre. Arrêté une première fois le 16 février 1942, il réussit à s’évader à deux reprises. Dénoncé, il est de nouveau arrêté le 19 février 1942 à Quimper.

Emprisonné à Angers, Fresnes et au fort de Romainville, il est déporté dans le camp de concentration du Struthof-Natzweiler en juillet 1943. Pendant presque deux ans, il subit le sadisme et la barbarie des bourreaux nazis. Profondément meurtri, il est libéré par les Américains, le 30 avril 1945 à Allach (kommando du camp de Dachau).

Après la guerre et malgré le traumatisme de la déportation, Marcel LE ROY réussit à reprendre une activité professionnelle et une vie sociale. Il se marie et aura trois enfants, 6 petits-enfants et 3 arrières-petits-enfants.

Il s’implique dans la cité et est élu maire de Niort-la-Fontaine de 1951 à 1974. A cette date, il devient maire de Lassay-les-Châteaux jusqu’en 1983. S’engageant dans le département, il est conseiller général du canton de Lassay de 1962 à 1994. Il est le 3ème vice-président du conseil général de la Mayenne de 1986 à 1994. Il a également été administrateur du Parc Régional Normandie Maine, de la Fédération du Crédit Mutuel Maine Anjou Basse Normandie, du Crédit Immobilier de la Mayenne et du Foyer Revivre à Laval.

Très engagé pour la mémoire de la déportation, il a longtemps témoigné auprès des jeunes générations et dans de nombreux établissements scolaires. Marcel LE ROY a marqué plusieurs générations par son discours de réconciliation et d’appel à la paix. En 2001, il est président du Comité d'entente des associations de déportés et résistants de la Mayenne. Il devient également assesseur du Comité national du Mémorial de la déportation du Struthof, membre de l'amicale des Anciens de Dachau, de l’amicale des vétérans et amis de la France Libre, devenue Délégation de la Fondation de la France Libre ; Président du CEDAR, organisme qui organise chaque année un voyage mémoriel pour les lauréats du Concours national de la résistance et de la Déportation et plus récemment, membre de l’Association pour le Mémorial de la Déportation.

Au vu de ses services rendus, la Croix de Guerre avec Palme lui est attribuée, ainsi que la médaille de la Résistance, de la médaille des évadés, de la médaille des services volontaires dans la France Libre. En 1946, il reçoit le Certificat de Service pour la Grande cause de la Liberté au Service des Nations Unies délivré le 6 mai 1946 par le Maréchal Montgomery. Il a été élevé au rang de commandeur de la Légion d'Honneur, Commandeur des Palmes Académiques et a été désigné citoyen d'Honneur de la Ville de Verdun. En 1986, ses mémoires ont été publiées dans le numéro 21 « Souffrances et espoirs 1939-1945 » de l’Oribus. Son récit sur sa résistance et sa déportation intitulé « Le Prix de la liberté » a été réédité, en 2018, par le Mémorial des Déportés de la Mayenne. Entouré de ses proches et en toute intimité, il a fêté ses 100 ans. Il est le dernier déporté de la Mayenne. Profondément humain, Marcel LE ROY s’est engagé toute sa vie pour les autres et la liberté. Il fait partie des grandes personnalités de la Mayenne.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation.