Cette rubrique est un relevé d'ouvrages sur la Déportation et, ou de la Résistance. Vous trouverez pour chacun un résumé et diverses données : date de sortie , éditeurs ,auteurn nom des camps et des Déportés cités dans l'ouvrage référencé . La recherche se fait par mot clef dans la bibliothéque.  

 

Rechercher un livre

Recherche multi-critères :

Recherche par mots clés :

Livres répertoriés (74)

Liste des Prisonniers en 2 volumes DU CAMP DE Bergen-Belsen

Ce livre est consultable au siège AFMD

De Bergen Belsen Mémorial

Auteur de nationalité : Allemande

Résumé

Livre de Mémoire Bergen-Belsen 2005. Dans toutes les cultures, le nom fait partie intégrante de la personnalité et la dignité de l'individu. Les Nazis voulaient avilir les détenus en les réduisant à des numéros dans les camp de concentration. En dépossédant les déétenus de leur nom, ils visaient l'anéantissement de leur personnalité et de leur volonté de vivre. Ce processus de destruction de millions de vies humaines s'achevait par l'incinération des cadavres ou leur mise en terre anonyme des des fosses communes. Pour effecer toute trace des crimes et des noms des victimes, les nazis ont même brûlé les archives du camp de Bergen-Belsen .Ce livre arrache de l'oubli les noms des victimes. Il contient aussi les noms des survivants. Le nombre total des détenus du camp de concentration de Bergen-Belsen est estimé à environ 120 000.

Fiche technique

Editions : Fondation de Bergen- Belsen

Langue : ALLEMAND

Date sortie / parution : 2005

Noms des déportés cités

Tous Les déportés à Bergen Belsen

Camps

Bergen Belsen

Mémorial de BUCHENWALD, DORA, KOMMANDOS 2 TOMES

analyse

De deux tomes Mémorial de BUCHENWALD, DORA, KOMMANDOS

Auteur de nationalité : Mémorial

Résumé

Buchenwald - Dora- les Kommandos: Histoire de chaque Kommandos et le complexe camp de Buchenwald et Dora

Fiche technique

Editions : Mémorial

Camps

BUCHENWALD, DORA, KOMMANDOS

Mémorial des déportés de France

De Kommandos Amicale des Anciens Déportés d'Orienburg- Sachsenhausen

Résumé

Liste des déportés de France: Ce nouveau Mémorial, édité en 2011, vient de nouveau récenser les déportés français dans le camp d'Orienburg- Sachsenhausen et ses Kommandos. Deux mémoriaux avaient été édités, le premier en 1980, le second en 1999 qui regroupait déjà 8 000 déportés. A ce jour, ce nouveau Mémorial recence 9 306 noms et le souhait du Président de l'Amicale, Maurice Pellan matricule 58197 écrit: "Ce mémorial évitera que les noms et les parcours de ces 9 306 déportés à "Sachso" ne tombent à jamais dans l'oubli".

Fiche technique

Editions : Mémorial

Date sortie / parution : 2011

Mon destin de guerre , ses conséquenses dans ma vie

Ce livre est consultable au siège AFMD

De Paul BACOU

Auteur de nationalité : française

Résumé

L'auteur a essayé de résister pour ne pas partir pour le STO, mais en accord avec son père ( ex soldat de 14-18) il part de Bézier en train pour Leipzig, puis Breslau. Il est trasféré à Neusalz an der Oder, ville de Silésie et affecté à l'usine Eau-Gaz-Electricité de la ville, comme puvrier. Il a 22 ans. Mais sa connaissance de l'allemant est utilisé pour la fonction d'interprête. Il est en contact journalier avec la population allemande. Il témoigne des faits quotidiens qu'il traverse....Son acte de Résistance, de sa seconde déportation, des tortures subies et de son arrivée à Sachsenhausen, de son affectation à la 12ème Bau-Brigade et de son évasion.

Fiche technique

Editions : Fascicule

Langue : français

Noms des déportés cités

Bacou Paul matricule 119173

Camps

Neusalz, Cottbus, Sachsenhausen, Bau- Brigade - BB 12

MONTLUC une prison dans l'histoire "Klaus BARBIE 1987, Mémoire d'un procès"

témoignage

Ce livre est consultable au siège AFMD

De de la prison de Montluc Mémorial National

Auteur de nationalité : Française

Résumé

Né le 25 octobre 1913, inscrit au mouvement de la jeunesse allemande, subdivision des jeunesses hitlériennes. Il prête serment à la SS en 1935. Adhère au parti nazi en 1937. Avril 40 il est nommé aux Pays-Bas puis Amsterdam. Il doit traquer les émigrés allemands,les juifs, les francs-maçons. Nov 1942, il est muté à Lyon, et est à la tête de la Gestapo.Il fuit en 1944, jusqu'en 1983.Robert Badinter, garde des Sceaux demande que Klaus Barbie soit incarcéré à la prison de Montluc. Il y restera symboliquement une semaine avant de rejoindre la prison de Saint- Joseph. Après avoir réussi à disparaître en Amérique du sud, Il est finalement identifié au début des années 1970 par un journaliste allemand, Herbert John qui le retrouve sous le nom de Klaus Altmann, en Bolivie. Les Klarsfeld se mettent à la poursuite de Klaus BARBIE. Ce n'est qu'en 1982, lors du retour à la démocratie, que le gouvernement Bolivien accepte de livrer Barbie. Le procès sera filmé et la brochure déroule le dit procèsChef de la Gestapo à Lyon

Fiche technique

Editions : Mémorial National de la prison de Montluc

Langue : Française

Date sortie / parution : 2017

Noms des déportés cités

Témoins du procès: Déportés : Lise Lesèvre (Ravensbrück),Raymonde Belot (Ravensbruck), Charles Palant (Auschwitz), Léa Feldblum (Auschwitz), Zygfryd Szemendera ( Struthof-Natzweiler), Kurt Hipser (Auschwitz, Belsen).

Témoins du procès:André Frossard (prisonnier, torturé):  Alice Vansteenberghe (torturée, prisonnière), Raymond Aubrac

Camps

Ravensbrück,Auschwitz,Struthof-Natzweiler, Belsen

Neuengamme matricule 36588

Biographie

Ce livre est consultable au siège AFMD

De Marcel Bayod (déporté/déportée)

Auteur de nationalité : franàais

Résumé

A 17 ans, Marcel est pris dans une arrestation dans son village Salie du Salat  le 22 avril 1944, il témoigne de son parcours au bout de l'enfer. WILHELMHAVEN et les Marches de la mort, son retour en France à Salies du Salat en passant par Flenbourg, Suède, Marcel BAYOD en revient vivant.

Fiche technique

Editions : à compte d auteur

Langue : francais

Date sortie / parution : 2015

Noms des déportés cités

Marcel BAYOD matricule 36588

Camps

Compiègne Neuengamme Wilhelmhaven

Neuengamme, camp de concentration nazi (1938-1945)

Ce livre est consultable au siège AFMD

De de Neuengamme Amicale Française de Neuengamme

Auteur de nationalité : Française

Résumé

Ces pages relatent la genèse, l’historique et le vécu de ce camp mais aussi pour la première fois analyse le concept et la marche d’un camp de concentration en utilisant les références d ‘urbanisme. Pour la première fois grâce à des plans d’architecture en couleur la procédure concentrationnaire est expliquée dans son urbanité. Dans ce camp il y eut 55 000 victimes sans oublier la tragédie de Lubbeck ou des avions alliés à la libération du camp bombardèrent plusieurs navires dont la quasi-totalité de ses occupants étaient des déportés qui venaient d’être libérés, nombre périrent dans cette horrible « méprise ». Dès lors, ils se sentent porteurs d’une dette à l’égard de tant de camarades qui ne sont pas rentrés. Au monde qu’ils ont trouvé à leur retour, ils n’appartenaient plus tout à fait : ils dérangeaient, « on » voulait vivre et oublier la guerre et ses horreurs. Leur parole n’a pas toujours été entendue. Pourtant, depuis plus de soixante ans, inlassablement, ils nous redisent ce qui s’est passé derrière les barbelés des camps. Dès 1945, les déportés de Neuengamme, réunis en Amicale, se sont donné une mission qu’ils ont inscrite dans leurs statuts, créer une commission d’histoire pour faire connaître l’histoire du Camp. Ce livre est l’aboutissement du travail de mémoire de l’Amicale. La gestation fut longue, il a été enfanté dans la douleur. Soixante ans après, il nous livre la parole des témoins, « nos semblables, nos frères », de tous âges, de toutes conditions. C’est à un voyage initiatique que nous vous convions aujourd’hui, à travers ces magnifiques documents. Depuis leur retour des camps, les déportés n’ont cessé de se poser cette question sans réponse : « pourquoi suis-je revenu et pourquoi pas les autres ? » Dès lors ils se sentent porteurs d'une dette à l'égard de leurs camarades qui ne sont pas rentrés. A leur retour, ils n'ont pas toujours été entendu. Dés 1945, les déportés de Neuengamme, réunis en Amicale, se sont donné une mission qu'ils inscrivent dans leurs statuts, créer une commission d'histoire du camp.

Fiche technique

Editions : Tirésias

Langue : Français

Date sortie / parution : 2010

ISBN : 2915293643

Camps

Neuengamme, Lubbeck,Sandbostel, 

HAMBURG

16 Kommandos

  • BLOHM & VOSS – sur le port, rive droite de l’Elbe. Constructions navales et déblaiement.
  • Bullenhuser DAMM – au sud-est de la ville. Déblaiement, récupération de matériaux de construction.
  • DESSAUER UFER/VEDDEL – sur le port, au sud de la ville (Hommes). Déblaiement, creusement de fossés anti-chars.
  • DESSAUER UFER/VEDDEL – sur le port, au sud de la ville (Femmes). Déblaiement.
  • DEUTSCHE WERFT (Finkenwerder) – sur le port, rive gauche de l’Elbe, à l’ouest. Chantiers navals, déblaiement, déminage.
  • EIDELSTEDT – au nord ouest de la ville (Femmes). Production de munitions, déblaiement et construction.
  • FUHLSBÜTTEL – au nord de la ville. Prison de police (Gestapo). Déblaiement sur le port. Fossés anti-chars.
  • JUNG ÖL/WILHELMSBURG – sur le port, au sud. Production de carburant.
  • LANGENHORN – au nord de la ville (Femmes). Fabrication de fusils et de munitions, construction de logements provisoires.
  • NEUGRABEN – au sud de Hamburg et ouest de Harburg. (Femmes). Déblaiement et construction, tuilerie.
  • POPPENBÜTTEL et SASEL – au nord-est de la ville (Femmes). Construction de plaques de béton, déblaiement.
  • SPALDINGSTRASSE – au sud-est de la ville. Bâtiment, déblaiement, réparation de chemins de fer, constructions navales.
  • SPRINGKOMMANDO OHLSDORF – en ville, basé à la prison centrale. Recherche d’engins non éclatés, désamorçage, déminage.
  • STÜLKENWERFT – sur le port, rive gauche de l’Elbe. Sous-K° de Spaldingstrasse. Bâtiment, déblaiement, constructions navales.
  • TIEFSTACK – sur le port, au sud-est (Femmes). Constructions mécaniques, cimenterie, fossés anti-chars.
  • WANDSBEK – à l’est de la ville (Femmes). Fabrique de masques à gaz.

Région de BREMEN (Brême)

7 Kommandos

  • BLUMENTHAL – nord-ouest de Brême, sur la Weser. Chantiers navals.
  • BORGWARD-WERKE – en ville. Construction automobile.
  • FARGE « VALENTIN » – nord-ouest de Brême. Construction du Bunker de la base sous-marine Valentin. (Nombreux Français).
  • HORNISSE (RIESPOTT) – KRIEGSMARINE – nord-ouest. Déblaiement, construction bunker pour sous-marins et évacuations de scories.
  • LÜBBERSTEDT – nord de Brême. (Femmes). Fabrication de munitions pour défense aérienne.
  • SCHÜTZENHOF – sud-est de Brême. Chantiers navals.
  • UPHUSEN (BEHELFSWOHNBAU) – sud-est de Brême. (Femmes). Déblaiement, plaques de béton pour logements provisoires.

Région de HANNOVER (Hanovre)

7 Kommandos

  • Ahlem – à l’ouest de la ville. Usine de munitions, déblaiement, construction galerie souterraine, blindage et machines pour chars.
  • LINDEN MÜHLENBERG – au sud-ouest de la ville. Construction de moteurs d’automobiles et de canons.
  • LANGENHAGEN – au nord de Hanovre, à l’est de l’aérodrome. (Femmes). Fabrication d’éléments pour avions et réparations.
  • LIMMER (CONTINENTAL) – à l’ouest de la ville. (Femmes). Fabrication de masques à gaz.
  • MISBURG – à l’est de la ville. Déblaiement et production de carburant.
  • STÖCKEN (ACCU) – au nord-ouest de la ville. Fabrication d’accumulateurs de sous-marins (Accumulatorenfabrik).
  • STÖCKEN (CONTI) – au nord-ouest de la ville. Fabrication de caoutchouc pour pneus d’avions et autos. (Continental Gummi-Werke).

Région de BRAUNSCHWEIG (Brunswick)

9 Kommandos

  • BÜSSING NAG – centre ville. Usine de camions, déblaiement, terrassement et construction. (Annexe à VECHELDE).
  • BRAUNSCHWEIG SS-REITSCHULE – en ville. (Femmes). Déblaiement.
  • SALZGITTER BAD – Salzgitter. (Femmes). Fabrication de grenades et obus.
  • SALZGITTER DRÜTTE – Production de munitions, obus, grenades.
  • SALZGITTER WATENSTEDT – Salzgitter. (Hommes). Production de bombes et obus. Entretien aciérie Stahlwerke Braunschweig.
  • SALZGITTER WATENSTEDT – Salzgitter. (Femmes). Fabrication de munitions, firme Stahlwerke Braunschweig.
  • SALZGITTER GEBHARDSHAGEN – à l’ouest de Salzgitter. Extraction de minerai dans une mine de fer.
  • SCHANDELAH – à l’est de Braunschweig. Raffinerie Steinnnöl. Exploitation de schistes bitumineux.
  • TRUPPENWIRTSCHAFTSLAGER – en ville de Braunschweig. Construction d’une baraque-bureau pour les SS, magasins de l’armée.

Région de MINDEN – PORTA-WESTFALICA

5 Kommandos

  • BARKHAUSEN PORTA – au sud de Minden, ouest de la Weser. Nivellement et galeries de mines : construction d’avions.
  • HAUSBERGE PORTA – sud de Minden, est de la Weser. (Hommes). Construction d’une usine aéronautique souterraine et d’une raffinerie.
  • HAUSBERGE PORTA – sud de Minden, est de la Weser. (Femmes). Fabrication et montage de lampes radio dans une usine souterraine.
  • LERBECK PORTA – à l’est de Minden. Réparation de moteurs d’avions et de chars.
  • NEESEN – au sud-est de Minden. Travaux en cimenterie.

Région du SCHLESWIG-HOLSTEIN

9 Kommandos

  • HUSUM-SCHWESING – à l’ouest du Land. Creusement de fossés anti-chars dans la zone côtière marécageuse (Frisenwall).
  • KALTENKIRCHEN et NÜTZEN – au nord de Hambourg. Terrassement et aménagement d’un aéroport pour la Luftwaffe.
  • KIEL SPRINGKOMMANDO – périphérie de Kiel. Dégagement de bombes non explosées. Déblaiement.
  • LADELUND – à l’ouest de Flensburg (4 km du Danemark). Creusement de fossés anti-chars et construction d’abris (Frisenwall).
  • LÜTJENBURG HOHWACHT – est de Kiel. Fabrication d’appareils de navigation pour la Luftwaffe.
  • MÖLLN-BREITENFELDE – 40 km à l’est de Hambourg. Direction SS du bâtiment de Mölln, travaux dans une scierie.
  • NEUSTADT in HOLSTEIN – nord de Lübeck. Construction de baraques pour hôpital militaire de la SS.
  • WEDEL – 20 km à l’ouest de Hambourg, rive droite de l’Elbe. (Hommes). Creusement de fossés anti-chars
  • WEDEL – 20 km à l’ouest de Hambourg, rive droite de l’Elbe. (Femmes). Déblaiement.

Région de BASSE-SAXE (NIEDERSACHSEN)

10 Kommandos

  • ALT GARGE et BARSKAMP – au sud-est de Hambourg. Terrassement, construction d’une centrale électrique.
  • FALLERSLEBEN-LAAGBERG – au nord-est de Braunschweig. (Hommes). Travaux dans les usines Wolkswagen.
  • FALLERSLEBEN et WOLFSBURG – au nord-est de Braunschweig. (Femmes). Travaux dans les usines Wolkswagen.
  • GOSLAR – 50 km au sud de Braunschweig. Direction SS du bâtiment.
  • HELMSTEDT-BEENDORF – à l’est de Braunschweig. (Hommes). Installation d’usines souterraines dans une mine de sel.
  • HELMSTEDT-BEENDORF – à l’est de Braunschweig. (Femmes).Travail pour l’aéronautique dans une usine souterraine (mine de sel).
  • HILDESHEIM – au sud-est de Hanovre. Terrassements pour les chemins de fer allemands. Mines de plomb.
  • HORNEBURGE – sud-ouest de Hambourg,. (Femmes – 2 Kommandos). Fabrication de lampes radio. Travaux dans un atelier de cuir.
  • SALZWEDEL – nord-est de Braunschweig. (Femmes). Tréfilerie, câbles. Fabrication de mines et munitions.
  • UELZEN – 70 km au nord de Braunschweig. Terrassement pour chemins de fer allemands, réparation de voies.

 

De la WESER à l’EMS

6 Kommandos

  • AURICH-ENGERHAFE – entre Weser, à l’est et Ems à l’ouest. Fortifications et creusement de fossés anti-chars.
  • LENGERICH – au sud-ouest d’Osnabrück. Construction d’une usine souterraine d’aviation (chasseurs).
  • MEPPEN-DALUM – dans l’Elmsland, près de frontière hollandaise. Construction d’ouvrages défensifs et de fossés anti-chars.
  • MEPPEN-VERSEN – dans l’Elmsland, près de frontière hollandaise. dans l’Elmsland, près de frontière hollandaise.
  • VERDEN – au sud-est de Brême, rive droite de la Weser. Construction d’un centre de formation SS. Réparations.
  • WILHELMSHAVEN-KRIEGSMARINE – nord-ouest de Brême, sur la mer du Nord. Chantiers navals, déblaiements. (Nombreux Français).

Région de MECKLEMBURG-BRANDEBURG

4 Kommandos

  • BOIZENBURG – au sud-est de Hambourg. (Femmes). Fabrication d’éléments pour avions et navires.
  • GARLITZ – Mecklemburg. Au sud-est de Schwerin (Femmes). Vraisemblablement aides-ménagères.
  • WITTENBERGE – sud de Ludwigslust, rive droite de l’Elbe. Construction d’une usine chimique. Usine de cellulose et fibranne.
  • WÖBBELIN – nord de Ludwigslust. Construction d’un camp pour P.G. Point de convergence de nombreux convois d’évacuation.

BAUBRIGADEN (équipes volantes)

  • 1ère SS BAUBRIGADE – ALDERNEY – Ile anglo-normande d’Aurigny. Construction de fortifications et bâtiments.
  • 2ème SS BAUBRIGADE – BREMEN – à Brême. Déblaiement, construction d’abris anti-aériens.
  • 2ème SS BAUBRIGADE – HAMBURG – en ville, Hammerbrook. Déblaiement, travaux de sauvetage.
  • 2ème SS BAUBRIGADE – OSNABRÜCK – 100 km sud-ouest de Brême. Travaux de déblaiement.
  • 3ème SS BAUBRIGADE – BAD SASSENDORF – dans la Ruhr. Déblaiements, travaux de réparation de voies ferrées

Nous sommes 900 Français

Ce livre est consultable au siège AFMD

De association collectif

Résumé

Ils étaient 878 juifs " venus de France", de toutes nationalités quand le convoi n° 73 a quitter le Camp de DRANCY . Il y a la liste des noms des adultes, des enfants et des adolescents du convoi, la liste des convois avec leur destination d'après " le calendrier" de Serge Klarsfeld et le nombre de survivants. Il y a eu 79 convois ( moins 5 NON PARTI) Pour Auschwitz ; Le n° 73 est celui qui s'est orienté vers KAUNAS-REVAL en Lituanie et Estonie. la moitié fut exterminée à Tallin. Les 3 volumes refont vivre l'histoire de ces déportés afin "de faire revivre le souvenir de ces hommes et d'évoquer leur histoire personnelle afin qu'ils ne restent pas oubliés de l'Histoire".

" Ce premier tirage "artisanal' sera suivi de documents plus complet avec photos et analyses réalisé par Mme  Eve Line Blum-Cherchevsky :[nbsp

 

voir site http://www.convoi73.net/li73htm.htm

Fiche technique

Editions : Association

Camps

KAUNAS-REVAL 

Ouvrier et soldat

Biographie

Ce livre est consultable au siège AFMD

De Léon BRONCHART (déporté/déportée)

Auteur de nationalité : français

Résumé

Léon Bronchart  ancien combattant de 14-18 est un résistant Cheminot, il est le seul conducteur connu de la SNCF qui a refusé de conduire un train deprisonniers pendant la Seconde Guerre mondiale. 

Il écrit dans cet ouvrage sa biographie, son engagement en 1914, fait prisonniers ses tentatives et reussite d'évasions. Son militantisme au sein de ma compagnie des chemins de fer d'Orléans.

Son engagement lors de la bataille du RIF, sa participation à la Résistance, son arrestation et celle de son fils Jacques leurs déportations.

NOTA BENE : Les droits d'édition de cet ouvrage ont été remis à l'amcale Dora-Ellrich devenu Commission DORA-ELLRICH de la Fondation pour la mémoire de la Déportation. (memoiredora@yahoo.fr)

Fiche technique

Editions : Imprimerie H Meffre à Vaison-la-Romaine

Langue : français

Date sortie / parution : 1969

Noms des déportés cités

Léon Bronchart matricule 64 590 à Sachsenhausen

Léon Bronchart (fils) matricule 64 592 à Sachsenhausen

Jean Mialet matricule  21827 à Buchenwald

Bollaert   Emile matricule 77127 à Buchenwald

Debeaumarche Edmond matricule 77119 à Buchenwald

Walter Pierre  matricule 21699 à Buchenwald

D'Astorg Bernard matricule 20181à Buchenwald

Bontoux Edouard matricule 39817 à Dora

Lafuye Fernand matricule 44497 à Dora

 Cadinot  Maurice    matricule 28907 à Friedrichshafen

 

AUBOURG

 

Camps

Sachsenhausen,Falkensee,Buchenwald, Friedrichshafen, Dora,Ellrich, Harzungen, Bergen-Belsen, Nordhausen

 

Par -delà l'oubli

Biographie

Ce livre est consultable au siège AFMD

De Serge Antoine

Auteur de nationalité : Française

Résumé

Serge Antoine rentre dans la résistance dès juillet 1940, refuse le STO, tentative de rejoindre l'Angleterre, il sera arrêté et interné dans les camps de la mort.

libéré le 4 mai 1945 par les soviétiques puis remis aux américains, retour à Paris le 23 mai 45, La réadaptation, La vie reprend le dessus.

Jeune communiste dès 15 ans, comme l'écrit Catherine Breton "il sera fidèle à son combats, fidèle au serment des déportés, cet octogénaire, très actif, dans la transmission de la mémoire, livre son témoignage".

Fiche technique

Editions : le paniers d'Orties

Langue : Français

Date sortie / parution : 2005

Noms des déportés cités

Serge Antoine, 

Camps

Compiègne, Sachsenhausen

Page 6 of 8

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation.