Publications

Le bulletin Mémoire et Vigilance

Mémoire et Vigilance N° 83 avril- juin 2018

Sommaire

L’AFMD en action

Édito Des jours heureux à Cronos

Les dossiers de Mémoire & Vigilance :

les Lieux de Déportation

Témoignage de Daniel Davisse, président de la DT du Val-de-Marne

Mémoire et vigilance
Campagne : "Communiquer pour agir"

Mémoire et Vigilance N° 82 janvier-mars 2018

Sommaire

L’AFMD en action

Édito Des jours heureux à Cronos

Les dossiers de Mémoire & Vigilance :
Mémoire(s) de la déportation

Témoignage de Daniel Davisse, président de la DT du Val-de-Marne

Mémoire et vigilance
Campagne : "Communiquer pour agir"

Mémoire et Vigilance N° 81 octobre-décembre 2017

Sommaire

L’AFMD en action

Mémoire(s) de la déportation

À propos du texte de S. Barcellini

Concours de photographie

Compte rendu de lecture

Mémoire et Vigilance N° 80 juillet-septembre 2017

Sommaire

L’AFMD en action

Édito Hommage à Roger Bordage

Transmettre Concours national de la Résistance et de la Déportation (CNRD)

Congrès 2017 de l’AFMD (24 juin 2017)

Assemblée générale Assemblée générale (25 juin 2017)

Histoire & patrimoine A. S. Balachowsky, un témoin français au procès des médecins nazis de Nuremberg

Note de lecture
Histoire de la mémoire de la Shoah, d’Olivier Lalieu 20

Mémoire et Vigilance N° 79 avril-juin 2017

Sommaire

Édito Le travail de mémoire, un travail d’engagement

Transmettre : Un partenariat avec le ministère de la Justice

Fort de Romainville : Un Musée dédié aux femmes résistantes

Questions sur l’avenir du travail de mémoire : colloque international au Luxembourg

Note de lecture : les cheminots victimes de la répression

Mémoire et Vigilance -N°78 mars 2017

Sommaire

Agenda L’AFMD en action

Édito : L’étrange ambition du Président du Souvenir Français

transmettre
Justice pénale internationale : où en est-on ?

Histoire & patrimoine
Le camp de Pithiviers
Docteur adélaïde Hautval, dite « Haïdi » (1906-1988) 15 « Amie des Juifs », des camps du Loiret à auschwitz et ravensbrück, résistante jusque dans les camps, juste parmi les nations.

transmettre
Dictionnaire biographique des 9 000 déportés de France passés par Mittelbau-Dora et kommandos

Revue « en jeu ». Histoire et Mémoires vivantes

En jeu. histoire et mémoires vivantes n°8

Au cœur des sciences sociales, le rôle du langage est considéré avec toujours plus d’attention. L’analyse des pratiques sémantiques soulève des enjeux marquants lorsqu’il est question de l’histoire et des mémoires des faits traumatiques du passé. Les mots désignant le mal au XXe siècle, c’est-à-dire les crimes de masse, les guerres, les dictatures, etc., sont ainsi l’objet d’usages divers et parfois contradictoires qui ne parviennent pas toujours à produire de la clarté et de l’intelligibilité. Ce dossier évoque par conséquent ces usages et mésusages afin de proposer une réflexion sur les manières de mettre les mots au service d’une meilleure compréhension du passé plutôt qu’au service de sa manipulation et de son brouillage.

L’importante question de la qualification des crimes de masse est examinée dans l’introduction de ce dossier, qui est loin d’être exhaustif (Charles Heimberg).

D’autres mots du mal, d’autres manières d’évoquer le mal, sont ensuite abordés. :

C’est d’abord le cas du recours à la notion de « Moyen Âge » pour désigner, en termes dépréciatifs, des phénomènes contemporains (Laurent Broche).
Le terme « devoir de mémoire », censé contribuer à la prévention des retours du mal, se révèle fonctionner à la fois comme un remède et comme un poison (Sébastien Ledoux).
L’usage des mots du mal est aussi affaire d’expériences et de points de vue. Ainsi en va-t-il des manières dont sont nommés les camps français subis par les républicains espagnols : qualifiés de camps de concentration, selon les termes de l’époque, dans la langue de leurs victimes et de camps d’internement du point de vue français, ce qui nécessite pour le moins des explications (Geneviève Dreyfus-Armand).
Si le concept d’Hannah Arendt de « banalité du mal » a été forgé au moment du procès d’Adolf Eichmann, cette formule a été à la fois mal comprise dans l’espace public et pas suffisamment approfondie par son auteure. Elle ne fait pourtant plus partie des idées qui attirent le plus l’attention dans l’œuvre arendtienne (Rémi Baudouï).
C’est d’ailleurs aussi le cas avec le « totalitarisme », qui n’a guère rendu possible une appréhension complète de ce qu’ont été la société est-allemande et son histoire (Carol-Ann Bellefeuille).
Enfin, partant du paradoxe entre la quête d’une compréhension des mécanismes du mal des années 1940 par Germaine Tillion et Geneviève De Gaulle-Anthonioz et la manière dont l’une et l’autre ont été célébrées par François Hollande au moment de leur entrée au Panthéon, il y a lieu de s’interroger sur les effets contre-productifs de la sidération et de la sacralisation des maux du passé, en particulier de la Shoah (Cécile Vast).

Dans ce numéro, Jacques Aron revient également sur la publication récente des Journaux d’Alfred Rosenberg et l’examine d’un point de vue critique. Enfin, la chronique des enjeux d’histoire scolaire de Laurence De Cock et Charles Heimberg évoque des ouvrages d’histoire récents susceptibles d’inciter l’enseignement de l’histoire à retrouver les discontinuités du passé, défataliser l’histoire et dépasser les idées reçues.

Sommaire

Chronique didactique

COMMENT SE PROCURER LA REVUE

ACHAT À L’UNITÉ : 17 €

ABONNEMENT ANNUEL – 2 numéros
Prix (frais de port inclus) : 30 €

Bulletin d’abonnement annuel En Jeu à télécharger

Règlement :
par virement direct en indiquant l’objet : « ABONNEMENT REVUE EN JEU » (les coordonnées bancaires vous seront envoyées par mail)
ou
par chèque, à l’ordre de la Fondation pour la mémoire de la déportation.

Diffusion – Distribution : Presses universitaires du Septentrion

En jeu. histoire et mémoires vivantes n°2

Dossier coordonné par Bertrand Hamelin, Thomas Fontaine et Yannis Thanassekos

Cette deuxième livraison de la revue En Jeu. Histoire et mémoires vivantes est consacrée à un sujet jusque-là négligé : l’histoire des erreurs historiographiques. Si, depuis longtemps, les spécialistes d’histoire des sciences physico-mathématiques ont intégré l’analyse des erreurs à leurs recherches, une telle approche n’existe guère en historiographie. Une telle démarche est pourtant susceptible d’ouvrir de nouvelles perspectives notamment pour la compréhension du fonctionnement du champ de la recherche historique.
Le dossier propose des analyses théoriques de la notion d’erreur, saisie dans sa diversité sémantique par le philosophe Stefan Goltzberg, puis étudiée dans le cadre précis de l’historiographie par l’historien Olivier Lévy-Dumoulin. Ensuite, plusieurs études empiriques ont été conduites sur des erreurs dans l’historiographie des grands conflits contemporains, de la répression et des massacres de masse au XXe siècle : l’erreur commise par Olga Wormser-Migot sur l’existence des chambres à gaz homicides dans les camps de Mauthausen et Ravensbrück (Thomas Fontaine et Bertrand Hamelin), le cas discuté de l’interprétation du silence du pape Pie XII dans la pièce de théâtre Le Vicaire de Rolf Hochhuth (Muriel Guittat-Naudin), l’exploitation des erreurs historiographiques par le négationniste Robert Faurisson Valérie Igounet) et le silence supposé à propos du génocide juif dans l’immédiat après-guerre (Sébastien Ledoux). Sur ce dernier thème, ce dossier propose également un entretien avec François Azouvi, auteur du Mythe du grand silence, ouvrage qui offre un regard renouvelé sur les mémoires de la Seconde Guerre mondiale.
Soucieuse de s’adresser aussi aux enseignants d’histoire du secondaire ainsi qu’aux didacticiens, la revue inaugure dans ce numéro une chronique des enjeux d’histoire scolaire, sous la responsabilité de Laurence de Cock et Charles Heimberg. La première chronique est consacrée à l’intérêt d’aborder en classe ce problème des erreurs historiographiques.

Sommaire

Chronique didactique

COMMENT SE PROCURER LA REVUE

ACHAT À L’UNITÉ : 17 €

ABONNEMENT ANNUEL – 2 numéros
Prix (frais de port inclus) : 30 €

Bulletin d’abonnement annuel En Jeu à télécharger

Règlement :
par virement direct en indiquant l’objet : « ABONNEMENT REVUE EN JEU » (les coordonnées bancaires vous seront envoyées par mail)
ou
par chèque, à l’ordre de la Fondation pour la mémoire de la déportation.

Diffusion – Distribution : Presses universitaires du Septentrion

En jeu Histoire et Mémoires vivantes la nouvelle revue de la Fondation

Le premier numéro de la nouvelle revue En Jeu, Histoire et mémoires vivantes de la Fondation pour la mémoire de la Déportation analyse les supports muséaux

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation.